Le Sabot de Venus

photo-sabot-de-venus

Pour les passionnés d’horticulture, et plus particulièrement d’orchidées, le sabot de vénus est une plante d’intérieur précieuse, à la floraison particulièrement délicate. De son nom latin paphiopedilum, cette orchidée plutôt résistante est idéale pour les débutants. Stimulez sa floraison en l’installant au frais pendant la nuit, et maintenez un bon taux d’humidité. C’est la recette du bonheur avec cette orchidacée pleine de charme !

  1. Description
  2. Caractéristiques
  3. Entretien
  4. Exposition
  5. Arrosage
  6. Engrais
  7. Soins
  8. Rempotage
  9. Multiplication
  10. Taille
  11. Maladies
  12. Toxicité
  13. Espèces

Description du Sabot de Vénus

  • Nom latin : paphiopedilum
  • Synonymes : sabot de vénus
  • Famille : Orchidacées
  • Origine : Inde, Chine, Papouasie-Nouvelle Guinée, Philippines, Laos, Thaïlande
  • Période de floraison : toute l’année (selon les espèces)
  • Couleurs des fleurs : blanc, jaune, marron, vert, pourpre…
  • Type de plante : plante à fleur d’intérieur
  • Type de végétation : vivace
  • Type de feuillage : persistant

Caractéristiques du Sabot de Vénus

Le paphiopedilum, jadis connu sous le nom de cypripedium, est une plante à fleur de la famille des Orchidacées, se développant au naturel dans les zones humides d’Asie, mais qu’on peut également trouver en moyenne montagne sous nos latitudes. Cette espèce protégée a connu de nombreuses hybridations : plus de 60 espèces composent aujourd’hui le genre.

Son nom vernaculaire de sabot de vénus lui vient de son labelle en forme de sabot, lui servant de piège à insectes pollinisateurs pour assurer sa reproduction. Très complexe, la fleur du sabot de vénus se caractérise par un sépale supérieur dressé, deux pétales latéraux étalés, et deux sépales latéraux attachés derrière le label. Cette floraison spectaculaire adopte de multiples couleurs et motifs : tachetés, striés, veinés… En fonction des espèces, elle intervient à tout moment de l’année.

Sans pseudobulbe, le sabot de vénus est pourvu de courtes tiges portant de longues feuilles étroites, lancéolées, elliptiques ou ovales, vertes et parfois tachetées. Les variétés à feuillage uni apprécient une atmosphère un peu plus fraîche, tandis que les variétés à feuillage tacheté se plaisent sous des températures un peu plus chaudes, et ont la réputation d’être plus faciles à cultiver.

La majorité des espèces s’épanouit en terre, mais il existe certaines espèces épiphytes ou lithophytes (vivant à la surface des roches).

Installée dans un substrat suffisamment drainant, maintenue à bonne température (au moins 13°C la plupart du temps) et avec un bon taux d’humidité, c’est une orchidée plutôt facile à entretenir. Quelques règles doivent cependant être respectées pour assurer sa floraison.

pub

Comment entretenir le Sabot de Vénus ?

ExpositionLumière sans contact direct avec le soleil
ArrosageEté : 1 à 2 fois / semaine
Hiver : réduire sans laisser sécher le substrat
Engrais2 fois / mois jusqu'à septembre
Engrais pour plantes vertes ou orchidées
CroissanceDe 30 à 60cm
MaladiesCochenilles, pucerons, araignées rouges

Exposition / Emplacement

Le sabot de vénus a besoin d’une lumière douce, sans exposition directe au soleil. Installez-la juste derrière une fenêtre orientée nord, loin des fenêtres exposées sud, est ou ouest. Non rustique, elle s’épanouit dans une pièce chauffée à 18-20°C, mais aura besoin de températures plus fraîches la nuit, au moins en automne et en hiver. Placez-la loin des courants d’air et des appareils de chauffage, et maintenez un bon niveau d’humidité.

Un substrat composé de tourbe, d’écorce broyée et de fragments de dolomite est idéal pour le sabot de vénus. Vous pouvez également y apporter des racines de fougères et du polystyrène expansé.

Comment arroser le Sabot de Vénus ?

Arrosez une à deux fois par semaine en été et par temps sec. Il est inutile de vaporiser les feuilles mais vous pouvez maintenir un bon taux d’hygrométrie en posant le pot de votre sabot de vénus sur un lit de graviers mouillés.

En hiver, réduisez la fréquence des arrosages sans laissez sécher son substrat.

Utilisez une eau de préférence non calcaire, toujours à température ambiante. Vous pouvez arroser de temps en temps à l’eau du robinet, à condition de laisser reposer l’eau dans son arrosoir pendant une nuit pour la tiédir et laisser évaporer son chlore.

Quel engrais utiliser ?

Fertilisez une à deux fois par mois jusqu’au mois de septembre, avec un engrais pour plantes vertes ou pour orchidées dosé à 50 %. Réalisez cet apport après un arrosage à l’eau claire.

Soins

L’orchidée paphiopedilum est relativement simple à cultiver. Elle ne nécessite pas une luminosité importante, supporte un peu d’eau calcaire à condition qu’elle soit à température ambiante, et n’a pas besoin d’être vaporisée.

Floraison

Comme de nombreuses orchidées, le sabot de vénus a besoin de conditions précises pour refleurir :

  • Elle a besoin d’une différence importante de température entre le jour et la nuit, particulièrement en automne et en hiver. Le jour, maintenez-la à une température de 20°C, et déplacez-la la nuit dans une pièce fraîche ou une véranda, entre 8 et 15°C.
  • En été, sortez votre sabot de vénus et exposez-le au nord, sans soleil direct.

Comment le rempoter ?

Les sabots de vénus apprécient de se trouver un peu à l’étroit dans leur pot. Si nécessaire, effectuez un rempotage printanier, ou après la floraison, tous les 2 ans, dans un pot de même taille. Enterrez bien les racines mais pas le collet, pour permettre le développement des jeunes pousses.

Multiplication

La multiplication s’opère par division de touffe, à raison de 3 pousses par touffe. Vous pouvez également prélever des rejets.

Comment tailler le Sabot de Vénus ?

Aucune taille n’est nécessaire.

Maladies et parasites

Cochenilles, araignées rouges et pucerons peuvent coloniser votre orchidée.

Toxicité

Le paphiopedilum est non toxique.

Quelques espèces de Sabot de Vénus

Autrefois baptisé cypripedium, le genre paphiopedilum a connu de nombreuses hybridations. Parmi lesquelles :

  • Le paphiopedilum chamberlainianum ‘Liemianum’, à sabots roses ;
  • Le paphiopedilum goulteniacum ‘Album’, à fleurs vert clair et blanches, dont le sépale supérieur est rayé ;
  • Le paphiopedilum bellatulum, une variété à fleurs blanches tachées de points rouge foncé, n’atteignant pas plus de 15 cm de haut ;
  • Le paphiopedilum fairrieanum, dont les fleurs blanc-vert pâle sont veinées de pourpre ;
  • Le paphiopedilum callosum, aux fleurs marron-vert, striées de pourpre.

Crédit image à la une : @elise.around.the.world


Avez-vous trouvé cet article utile ?

Laisser un commentaire