Panorama des maladies et parasites affectant vos plantes d’intérieur

image maladies parasites plantes

Une plante est un être vivant dont il faut prendre extrêmement soin. On attache beaucoup d’importance à une plante, à son rôle qu’elle peut avoir dans un appartement ou une maison. Tantôt décorative, dépolluante, ou encore médicinales, les plantes d’intérieur méritent qu’on s’intéresse de très près à elle, à leur santé. Les parasites les plus connus tels que les araignées rouges ou encore les cochenilles peuvent vous rendre la vie parfois difficile. Panorama sur ces être vivants au combien nuisibles pour vos « très chères et tendres » plantes.

Les araignées rouges

Les araignées rouges ne sont pas des insectes mais des acariens microscopiques ! Elles s’attaquent aux feuilles des plantes et plus particulièrement à leur sève. Elles prolifèrent dans des milieux très secs (la canicule c’est leur idéal !!) et chauds (elles adorent le chauffage en hiver !!). En tissant des toiles ou piquant les revers des feuilles, les araignées rouges provoquent la décoloration de celles-ci ainsi que leur chute. Afin de prévenir ces risques, il est vivement recommandé d’ajouter de l’humidité autour de votre plante.


Les cochenilles

Vous allez en attendre parler de ce parasite. Très répandues sur nos « amies » les plantes, les cochenilles s’attaquent elles-aussi à leur sève en la suçant afin de les affaiblir. Cela aura pour conséquence de rendre le feuillage très collant et jaunissant avec le temps. Elles sont reconnaissables par deux aspects bien distincts : « aspect petits boucliers bruns immobiles » ou « aspect amas floconneux blanchâtres ». Dans les deux cas, les cochenilles agiront de la même manière sur vos plantes. Si les cochenilles sont peu nombreuses sur les feuilles de vos plantes, vous pouvez tentez de les retirer avec un coton-tige imbibé d’alcool dénaturé. Dans le cas où elles seraient en nombre plus important, vaporiser vos feuilles de savon noir ou d’huile minérale.


Les pucerons

Qualifiés d’insectes piqueurs-suceurs, les pucerons sont des petits insects verts, noirs ou rosés. Ils opèrent principalement au printemps et en été. Comment les éliminer ? 2 solutions se proposent à vous : la première consiste à les écraser avec vos doigts tout en soumettant les tiges à un jet d’eau violent; réalisez cette opération de préférence en extérieur ou dans votre baignoire. La seconde solution consistera à appliquer une solution savonneuse insecticide sur les tiges infectées.


L’oïdium

L’oïdium est une maladie très présente dans les jardins. Son développement est accentué principalement au printemps et en été. Cette maladie se développe par la multiplication de champignons reconnaissables sous la forme de tâches poudreuses blanches ou grises s’étalant sur les feuilles de vos plantes. Si un traitement n’est pas mis en place, c’est toute la plante qui peut être infectée ! Les bégonias, cyclamens ou encore les cissus sont les spécimens les plus sensibles à ces champignons. Il faut savoir que l’oïdium se développe par une mauvaise culture de la plante : mauvaise circulation d’air arrosages irréguliers. Si vous constatez que plusieurs des feuilles de votre plante sont malades, il est fortement recommandé de supprimer celles-ci.


Les aleurodes

Tout comme les pucerons, les aleurodes sont eux-aussi des insectes piqueurs-suceurs. Leur période de prédilection reste principalement l’été. Les aleurodes touchent uniquement les feuilles de vos plantes. Aussi appelé « mouche blanche », les aleurodes pondent des œufs sur les revers des feuilles, donnant naissance à des larves plates et blanches. Ces mêmes larves se nourrissent alors de la sève de la plante et l’infeste par la même occasion. Se développant aisément dans des milieux tels que les vérandas, serres ou châssis, si aucun traitement n’est fait sur vos plantes malades, ces dernières vont développer la « fumagine », maladie qui stoppe petit à petit la croissance et fait mourir la plante.


Le mildiou

Le mildiou est un champignon dont la surface d’attaque est bien plus large que les araignées rouges par exemple. En effet, ce champignon s’attaque à la fois aux feuilles de vos plantes mais aussi aux fruits et racines. Tout comme la majorité des autres parasites, l’été reste la période où les risques d’infections sont forts. Les jeunes plantes ainsi que les espaces humides favorisent le terrain d’attaque du mildiou. Il peut arriver de confondre le mildiou avec l’oïdium.


Les thrips

Insectes piqueurs-suceurs, les thrips se développent tout au long de l’année ! Les feuilles et fleurs de vos plantes seront les principales cibles de ces insectes. Appelées aussi « bête d’orage » ou « bête d’août », les thrips possèdent de longues ailes fines et ciliées. A taille adulte et larvaire, ces insectes évoluent sur la face supérieure ou revers de la feuille en les piquant pour se nourrir de la sève. Les thrips auront alors pour impact une déformation des fleurs et des feuilles allant même jusqu’au dessèchement. A savoir, leur terrain favori reste les atmosphères chaudes et sèches, notamment dans les serres et vérandas.


Crédit image à la une : Futura-sciences


Avez-vous trouvé cet article utile ?

Laisser un commentaire