Espèce, sous-espèce, famille, genre… Késako ?

Le jargon autour des plantes est – on le sait – assez vaste et complexe. Et qui plus est lorsque l’on parle d’espèces, de familles ou de genre. Et on peut très vite s’y perdre. Un dégrossissement du sujet s’imposait ! Tentons de distinguer les différences (si elles existent) entre les termes suivants : espèces, sous-espèces, famille, genre.

Une espèce, c’est quoi ?

Si l’on s’en tient à la définition classique, une espèce de plante se décompose d’individus se reproduisant entre eux donnant ainsi une lignée de descendants eux-même reproductibles. En conclusion, l’espèce est le fondement même de la classification du vivant depuis Linné. Ce même Linné a créé un système qui propose pour chaque espèce une fiche d’identité permettant ainsi de la distinguer de toutes les autres. Pour les plantes, cette fiche d’identité est généralement composé d’un nom latin en deux parties. Prenons un exemple :

  • Nom de la plante : Poinsettia
  • Nom latin / espèce : Euphorbia pulcherrima

Le saviez-vous ? La première partie du nom latin correspond au genre, la seconde partie est le mot, qui détermine au sein même du genre, l’espèce dont il est question en particulier.

Qu’est-ce qu’une famille / genre ?

Évitons les « blablas » et passons directement à un cas concret. Prenons cette phrase :

« L’euphorbia pulcherrima est un arbuste vivace appartenant à la famille des Euphorbiacées qui comprend près de 6000 espèces. »

  • Nom de la plante : L’euphorbia pulcherrima
  • Genre : L’euphorbia
  • Famille : Euphorbiacées

Aujourd’hui, les botanistes tentent de remettre de l’ordre dans cette classification et de faire en sorte que les informations soient plus claires pour le commun des mortels. Plus concrètement, la classification dans un genre se réalise uniquement sur les espèces ayant un ancêtre commun.

Et une sous-espèce ?

Une sous-espèce peut être définie en étant une population au sein d’une même espèce ayant des caractéristiques assez marquées pour avoir un nom « particulier » sans oublier le critère d’interfécondité leur permettant de ne pas être séparées en espèce particulière. Un exemple pour concrétiser cela, toujours autour du poinsettia; ce dernier possède plusieurs sous-espèces reconnaissables à leur nomenclature  : Euphorbia pucherrima « Menorcaé », Euphorbia pulcherrima « Ice Punch » sont par exemple des sous-espèces de l’Etoile de Noël.


Laisser un commentaire